Cultiver le plaisir d'avoir un enfant

Enceinte? Bientôt parents? Le Conseil en périnatalité est fait pour vous! Il s'adresse à tous les futurs parents seuls ou en couple, femmes ou hommes (familles traditionnelles, recomposées, monoparentales et Arc-en-ciel.)

La périnatalité, tout autour de la naissance

La période « périnatale » commence à la prise de décision d’avoir un enfant ou lors de sa conception et s’étend jusqu’à ce que l’enfant ait un an.

Cette définition, retenue par notre service, prend en compte l’expérience de la naissance dans sa globalité. Elle englobe plus que la période de la grossesse, de l’accouchement et des premiers jours de vie. Elle est choisie parce qu’elle correspond mieux à la globalité de l’expérience vécue par les femmes enceintes, les mères, les pères et les bébés.

La périnatalité est un champ d’action en constante évolution qui s’est énormément spécialisé. Nous nous tenons informé-e-s des nouveautés dans le domaine de la périnatalité et nous adaptons nos entretiens et nos prestations pour mieux répondre aux besoins des futurs parents et parents.

L’arrivée d’un enfant amène des questions

La grossesse, la venue d’un enfant implique un processus d’adaptation important qu’il soit d’ordre physique, pratique, socio-économique, affectif ou relationnel. Trouver des réponses à leurs questions facilite la construction d’un nouveau projet de vie. A tout moment de la grossesse, le plus tôt est le mieux . Vous serez reçu.e (seul.e ou en couple) par la sage-femme conseillère et/ou l’assistante sociale en périnatalité pour un entretien précoce personnalisé et gratuit.

Présentation de nos prestations en quelques mots, document de présentation

Dépliant à l’attention des professionnel.le.s

Dépliant d’information pour les futurs parents et parents

Pour commander nos flyers et documents

Prendre rendez-vous

Attendre un enfant, l’accueillir bientôt auprès de soi entraîne des changements de vie, qu’ils soient matériels, financiers, affectifs ou relationnels. Il faut s’y préparer et s’adapter.

Avec qui en parler? Avec qui organiser l’accouchement? Comment préparer mon projet de naissance? Comment faire avec le travail? Que faire pour la reconnaissance de l’enfant? Comment aborder ces changements dans le couple?

Un entretien gratuit pour tout aborder, tout clarifier, tout autour de la naissance avec la sage-femme conseillère et/ou l’assistante sociale en périnatalité.

A tout moment de la grossesse, elles vous recevront seule ou en couple pour un entretien personnalisé.

Les pères ou futurs pères sont les bienvenus pour eux-mêmes ou en couple:

  • la paternité
  • les changements physiques et émotionnels
  • le temps de la grossesse
  • l’accouchement et le séjour à la maternité
  • l’élaboration du dossier d’accouchement et le projet de naissance
  • la réorganisation personnelle ou du couple
  • l’accueil du bébé et le retour à domicile
  • l’allaitement
  • les ressources et les équipements de la région
  • les question juridiques et sociales (droit du travail, reconnaissance de l’enfant, recherche en paternité, allocations, assurances, etc…) ou toute autre demande

Vous trouverez des informations complémentaires sur les liens ci-dessous:

Informations aux nouveaux parents info budget

Un carnet d’adresses à l’usage des parents

Brochures Promotion allaitement maternel Suisse

Brochure info « Naître parents »

Futurs parents, en complément au suivi médical par votre gynécologue, vous pouvez bénéficier d’un accueil et d’une écoute personnalisée auprès de la sage-femme conseillère.

Vous avez envie de construire un projet de naissance ?

Vous avez des questions ? des inquiétudes ? vous êtes stressé.e.s ?

Un entretien d’une heure vous aidera à faire le point et à répondre à toutes vos questions. Il est souvent proposé par votre gynécologue dès le début de la grossesse (le plus tôt est le mieux !). L’entretien est gratuit. Vous pouvez y venir seul.e ou avec votre partenaire à tout moment de la grossesse

Comment préparer l’accueil à la maternité ?

Vous aimeriez communiquer à l’équipe médicale vos souhaits et vos besoins pour l’accouchement et le séjour à la maternité? La sage-femme conseillère est présente à la maternité de votre région. Son rôle est différent et complémentaire à celui de la sage-femme indépendante. Les éléments importants de l’entretien seront transmis avec vous, dans le document périnatal de transmission qui vous suivra pour votre accouchement à la maternité (inséré dans votre dossier).

Vous cherchez des informations sur le réseau des professionnels à disposition dans votre région ?

La sage-femme conseillère vous mettra en contact avec ceux qui sont dans votre région

Elle travaille en tandem avec l’assistante sociale en périnatalité qui répondra à toutes vos questions juridiques et sociales en lien avec la venue de votre enfant (enceinte au travail, congé maternité/congé paternité, reconnaissance de l’enfant, allocations, filiation).

 

LIENS : pour carnets d’adresse.

https://www.vd.ch/themes/population/enfance-jeunesse-et-famille/prevention-en-matiere-socio-educative/carnets-dadresses/

 

Avec bébé à la maison: la nouvelle vie commence !

Après l’accouchement, vous rentrez à la maison avec votre bébé. C’est enfin la nouvelle vie qui commence avec ses questions diverses et variées: l’allaitement, le sommeil de votre enfant, la réorganisation familiale, la reprise du travail pour votre partenaire, la relation qui change dans votre couple. Il faut s’adapter à tous ces changements. Des professionnelles de votre région peuvent vous soutenir:

Enfin, l’assistante sociale en périnatalité peut répondre à toutes vos questions concernant les relations parentales, la filiation, la reprise du travail, les assurances sociales, les aides financières, etc.

Vous trouverez des informations complémentaires sur les liens ci-dessous:

Les sages-femmes indépendantes du canton de vaud

Les infirmières petite enfance du canton de vaud

Comment je me sens avec bébé à la maison

Femmes enceintes, la Loi sur le travail vous protège.

La grossesse n’est pas une maladie mais un état de santé particulier. Les changements corporels, physiologiques sont importants et nécessitent des aménagements nouveaux tout au long de son évolution. C’est la raison pour laquelle, la Loi sur le travail prévoit  plusieurs articles afin de protéger les femmes enceintes et celles qui allaitent. Durant cette période, l’activité professionnelle doit être adaptée à la grossesse et l’employeur à l’obligation de trouver les aménagements nécessaires.

Vous avez droit à un congé maternité payé.

Depuis le 1er juillet 2005, la Suisse dispose d’une assurance maternité fédérale pour toutes les femmes professionnellement actives. Elle prévoit un  congé maternité payé de 14 semaines. Les femmes inscrites au chômage en bénéficient aussi, si les exigences relatives à la période de cotisations sont remplies.

Plus de liens

Au bonheur d’attendre un enfant se mêlent parfois des inquiétudes ou des incertitudes: Naîtra-t-il en bonne santé ? Risque-t-il d’avoir un handicap ?

Lors du suivi de grossesse, le test de dépistage prénatal vous est proposé vers la 11ème semaine d’aménorrhée par votre gynécologue.

  • A quoi servent ces analyses ?
  • En quoi consistent-elles ?
  • Si les résultats annoncent un risque élevé d’anomalie, que peut-on faire ?

Vous pouvez en discuter avec votre médecin gynécologue et décider de faire ou non ces analyses.

Vous pouvez choisir de vous rendre dans un centre de santé sexuelle – planning familial et/ou au Conseil en périnatalité. Là, vous trouverez un soutien et une écoute pour poser vos questions, mieux comprendre le sens de ces tests et prendre le temps pour décider.

Prendre aussi le temps de vous interroger sur l’acceptation et l’accueil d’un enfant porteur d’une maladie génétique, et si vous le désirez, entrer en contact avec des parents d’enfants en situation de handicap.

Vous avez droit à ce type de consultations qui découle directement d’une loi fédérale sur l’analyse génétique humaine (LAGH). Elle déclare dans son art. 15 que « la femme doit être expressément informée sur son droit à l’auto-détermination avant et après une analyse génétique prénatale ».

Vous trouverez des informations complémentaires sur les liens ci-dessous:

Service de génétique médicale CHUV

Pro Infirmis

Association Astrame

Agapa Suisse Romande

Grossesse et violences dans le couple

On pourrait penser que cette période de grossesse est toujours « rose », pourtant toutes les études montrent que la grossesse peut être un facteur qui déclenche ou aggrave les violences conjugales. Car c’est souvent à ce moment-là que surviennent les premières violences et que les conflits qui existaient avant peuvent s’intensifier.

La violence dans le couple est aussi subie par les enfants. Même s’ils ne sont pas directement touchés, ils en souffrent dans leur développement quel que soit leur âge.

La violence peut prendre toutes les formes : verbale (insultes, cris), psychologique (dénigrements indifférence), sexuelle (pressions pour avoir des rapports sexuels, abus), économique (contrôle financier, refus de donner de l’argent) et physique (bousculades, coups). Ces violences sont inacceptables et vous devez vous protéger. Vous pouvez faire appel au Centre LAVI. Là, un-e intervenant-e- vous renseignera et vous soutiendra dans vos démarches.

La meilleure protection est de ne pas rester seule et d’en parler. Il est très rare qu’un auteur de violence change de comportement sans un soutien approprié.

Vous n’êtes pas seule, le Conseil en périnatalité vous recevra pendant le temps de la grossesse et jusqu’à 6 mois après la naissance pour vous aider à accueillir votre bébé dans les meilleures conditions possibles. L’assistante sociale en périnatalité et les sages-femmes conseillères vous accompagneront durant cette période et vous orienteront vers les services existants.

En tant que futur père, l’auteur de violence peut lui aussi être reçu au Conseil en périnatalité. Il pourra ensuite être mis en contact avec les structures qui l’accompagneront dans son souhait de changement.

Vous trouverez des informations complémentaires sur les liens ci-dessous:

Violence et grossesse: osons en parler ! – Sage-femme.ch 11 2013

Se disputer fait partie du vivre ensemble: quelques conseils pour les parents et enfants

Centre d’accueil MalleyPrairie

VIFA

Violencequefaire.ch

Service de protection de la jeunesse (SPJ)

Centre LAVI

Conseil conjugal PROFA

 

Lorsqu’une femme se retrouve face à une grossesse imprévue, elle peut se sentir perdue, démunie : « Ce n’est pas le bon moment, ma vie est bouleversée, je ne peux pas le garder, je dois vite trouver une solution… ». C’est une réaction très courante. Qui ne l’aurait pas devant un événement si important ?

Si vous êtes dans ce cas, il vous faut faire constater la grossesse par un médecin à la Consultation de santé sexuelle – planning familial ou chez votre gynécologue privé. Ensuite, vous pouvez prendre du temps pour réfléchir. Il est important de ne pas agir dans l’urgence pour faire un vrai choix.

Si vous le souhaitez, un-e conseiller-ère en santé sexuelle vous recevra seule ou en couple. Vous serez écoutée-s si vous voulez parler de vos émotions, de votre histoire personnelle et familiale et de votre contexte actuel de vie. Vous serez accompagnée-s et vous pourrez considérer sereinement les différentes options possibles dans votre situation. Vous recevrez également des informations pratiques sur la brochure grossesse imprévue du service de la santé publique (voir documents en bas de page).

Vous avez différentes options :

  • Poursuivre votre grossesse
  • Interrompre votre grossesse
  • Choisir le don en adoption

La décision vous appartient et nous vous accompagnerons dans votre choix.

Vous êtes un homme face à une grossesse imprévue :

Même si, au final, la décision revient à la femme, l’homme est aussi concerné. Votre avis et votre implication vont être importants.

A la consultation de santé sexuelle – planning familial, vous serez reçu sur rendez-vous par un-e conseiller-ère en santé sexuelle lors d’un entretien gratuit et confidentiel.

Si vous accompagnez votre partenaire ou si vous venez seul, vous pourrez bénéficier de la même façon d’un soutien et d’une écoute active pendant cette période de doute et de réflexion.

Vous trouverez des informations complémentaires sur les liens ci-dessous:

Grossesse imprevue

Lois sur l’interruption de grossesse en Suisse

Si vous ressentez un sentiment d’impuissance, de la culpabilité, de l’épuisement, si vous avez la sensation d’être malheureuse, d’avoir tout le temps envie de pleurer, d’être seule, si l’angoisse vous tenaille, il est possible que vous souffriez de dépression. Surtout si ces sentiments vous envahissent continuellement et s’aggravent avec le temps.

La dépression périnatale est plus répandue qu’on ne le pense. On estime aujourd’hui qu’une femme sur 4 en souffre. Faisant suite à l’accouchement, cette maladie est parfois confondue avec le baby blues.

Le baby blues survient généralement vers le 3éme jour après la naissance avec un sentiment de tristesse, de la fatigue, des tensions et une envie de pleurer sans raison. Cette dépression passagère ne doit pas durer plus de 10 jours et le soutien des proches est souvent suffisant.

La dépression post natale est une maladie qui nécessite un traitement. Elle survient en général entre 4 à 6 semaines après la naissance. Elle peut aussi se produire plusieurs mois après l’accouchement. Certaines femmes en souffrent même déjà pendant la grossesse. Si elle est déjà prise en charge par un.e professionnel.le pendant cette période, il y aura moins de risque de faire une dépression post natale. Alors ne restez pas seule. Vous pouvez déjà en parler à votre conjoint ou à une personne proche mais le mieux est de faire appel à des professionnel.le.s : votre sage-femme, l’infirmière petite enfance, le service de maternité où vous avez accouché, votre gynécologue ou le pédiatre de votre enfant.

Le Conseil en Périnatalité  vous offre une écoute et un soutien où vous pourrez parler de vos émotions.

Vous trouverez des informations complémentaires sur le lien ci-dessous:

Informations dépression périnatale

Article Nathalie Nanzer

Pour en savoir plus: Nathalie Nanzer, La dépression post-natale: sortir du silence, 2009, Ed. Favre, Lausanne.

Vous ne pouvez pas assumer votre enfant à naître mais vous ne voulez pas interrompre votre grossesse ou votre grossesse est trop avancée pour le permettre.

Vous pouvez alors envisager de confier l’enfant en vue d’adoption. Pour réfléchir aux modalités et aux conséquences de ce choix, vous n’êtes pas seule. Des professionnel-le-s vous informeront et vous soutiendront. Ils/Elles vous accompagneront dans les démarches administratives, qui peuvent commencer avant la naissance.

Le Conseil en périnatalité est là pour vous soutenir et vous renseigner. Pour plus d’informations, vous pouvez aussi consulter:

Notre service accueille toutes les configurations familiales, recomposée, monoparentale, multiculturelle ou homoparentale.

C’est quoi une « famille arc-en-ciel » ?

C’est une famille dont au moins un parent se considère comme lesbienne, gay, bisexuel-l ou trans* (LGBT). Basé sur un modèle social de la famille qui met l’accent sur les liens d’attachement et sur la volonté d’assumer des responsabilités envers les enfants indépendamment du lien biologique.

Des familles diverses comme un arc-en-ciel

Fonder une famille pour les personnes LGBT passe par une grande variété de parcours possibles : don de sperme, insémination artificielle en Suisse ou à l’étranger, don de sperme privé, coparentalité, gestation pour autrui, adoption en tant que personne seul.e, adoption de l’enfant du partenaire, parentalité biologique pour couple de même sexe si l’un-e des partenaires est trans*, etc.

Les enfants vivant dans une famille arc-en-ciel se développent aussi bien que les enfants vivant dans une famille traditionnelle. Ce qui est déterminant pour le bien-être des enfants, c’est la qualité de la relation et le climat familial, et non le sexe ou l’orientation sexuelle des parents (extrait de la brochure Familles arc-en-ciel, Vaud). Jusqu’à 30’000 enfants grandissent dans des familles arc-en-ciel.

La sage-femme conseillère et/ou l’assistante sociale en périnatalité sont formées à un accueil bienveillant, non jugeant et usant d’un langage inclusif. Disponibles pour vous, seul-e ou avec votre partenaire, durant la grossesse et à l’accueil du bébé (jusqu’à 6 mois).

Nouveau ! la brochure d’information Familles arc-en-ciel est à votre disposition gratuitement à vaud@famillesarcenciel.ch ou à télécharger :

https://www.vd.ch/fileadmin/user_upload/organisation/dfj/sesaf/odes/fichiers_pdf/Familles_arc_en_ciel__Brochure_VD_web.pdf.

Deux parents légaux de même sexe via l’adoption de l’enfant du ou de la partenaire : c’est possible depuis le 1er janvier 2018 ! Plus d’information : https://www.regenbogenfamilien.ch/fr/stiefkindadoption/

Document : « questions et réponses » sur les familles arc-en-ciel :

https://www.regenbogenfamilien.ch/fr/fragen-antworten/

Liens:

  • L’Association faîtière Famille arc-en-ciel informe, conseille et soutient les familles dans leur démarche d’adoption lien : https://www.regenbogenfamilien.ch/fr/
  • Association 360° offre un lieu de rencontre, d’information et de soutien destiné aux parents et futurs parents ainsi qu’à leur enfant. Pour se rencontrer, partager, s’informer et être conseillé. Liens : http://association360.ch/   et Homoparents@association360.ch
  • Association Lilith (association romande de femmes homosexuelles, basée à Lausanne) www.associationlilith.ch
  • Association Vogay (association vaudoise pour les personnes gays et personnes LGBTIQ) www.vogay.ch

 

 

 

A quelle occasion demander un test en paternité ?

  • Quand le couple ou un des deux partenaires a un doute sur la paternité.
  • Quand la relation est occasionnelle et qu’il n’y a jamais eu de vie commune ou de projet allant dans ce sens.
  • Plus rarement, lors d’un besoin de clarification de la filiation paternelle pour un enfant plus âgé.

Il faut savoir que le test en paternité n’est pas un acte anodin. Il a un poids juridique déterminant qui engage chacune des personnes concernées. Les conséquences relationnelles et familiales peuvent être importantes. Il est donc important de recevoir des informations juridiques et sociales claires, adaptées à chaque situation.

Vous pouvez bénéficier auprès de nos services, d’entretiens gratuits et confidentiels. Ils permettent de clarifier les éléments qui vous ont amenés à faire cette démarche ainsi que vos attentes, celles de votre partenaire et celle du couple. Un accompagnement peut être proposé pour l’organisation du test et les démarches qui vont suivre.

Selon le contexte, l’âge de l’enfant, le Conseil en périnatalité vous orientera vers d’autres services compétents.

C’est un laboratoire agréé qui se chargera du test : identification des personnes, prélèvements, analyses, résultats.

Consulter une sage-femme conseillère à PROFA durant ma grossesse a été un vrai cadeau.

Cela m’a permis de recevoir une réelle écoute sur ce que je vivais, sur mes questionnements, mes peurs, mes points d’interrogations. 

J’ai également pu déposer, échanger en toute confiance et prendre le temps de réfléchir à ma situation.

Je me suis sentie prise en compte, sans jugement, pour qui j’étais et accompagnée sur le bout de chemin dont j’avais besoin.

Ces rencontres ont porté leurs fruits, car j’ai pu vivre le moment de la naissance de mon enfant d’une manière paisible et cela, en grande partie grâce à l’oreille attentive et bienveillante que j’avais reçu.

J’en profite pour vous remercier pour votre écoute et vos explications et je suis très contente d’être venue avec mon mari ! Cela lui a permis de prendre conscience de l’arrivée de notre petit bonhomme !

Témoignage

Pecha Qucha

Vous souhaitez avoir plus d'informations ?

Nos professionnel·le·s sont là pour vous répondre

Questions fréquentes

Quels sont mes droits aux vacances et de congé maternité ?

Sous réserve d’un contrat individuel de travail, d’un contrat-type de travail ou d’une convention collective de travail prévoyant des droits plus favorables, le droit aux vacances est de 4 semaines par année de service dès l’âge de 20 ans révolus. Les travailleurs de moins de 20 ans révolus ont droit à 5 semaines de vacances par année de service (art. 329a al. 1 CO).

L’employeur fixe la date des vacances en tenant compte des désirs du travailleur dans la mesure où cela est compatible avec les intérêts de l’entreprise (art. 329c al. 2 CO). En principe, les vacances doivent être prises dans l’année de service en cours. Elles peuvent être fractionnées, mais doivent au moins une fois dans l’année de service comprendre deux semaines consécutives (art. 329c al. 1 CO). L’objectif des vacances (qui est de procurer un période de repos au travailleur) est incompatible avec le but du délai de congé (qui doit permettre au travailleur de rechercher activement du travail), il faut prendre en compte, pour chaque cas, la durée du délai de congé, la difficulté de trouver un autre travail et le solde de vacances à prendre.

Art. 329b al3 CO qui dispose que l’employeur ne peut réduire le droit aux vacances d’une travailleuse «  si elle a bénéficié des allocations de maternité au sens de la loi du 25 septembre 1952 sur les allocations pour perte de gain ».

Je vais être papa mais je ne vis pas avec la mère de mon futur enfant. Quels sont mes droits ?

Le conseil en périnatalité est ouvert également aux futurs pères.

Tout enfant né de parents non-mariés doit faire l’objet d’une reconnaissance en paternité. Cette démarche administrative se fait à l’état civil. Si les parents ne vivent pas ensemble, le parent qui n’a pas la garde de l’enfant participe financièrement à ses besoins. Dans le canton de Vaud, c’est la Justice de Paix qui ratifie la convention de pension alimentaire. Si l’enfant vit avec sa mère, comme c’est le plus souvent le cas, il ou elle doit pouvoir avoir des liens réguliers et rapprochés avec son père. Si ces liens ne peuvent s’établir à l’amiable, c’est également le Juge de Paix qui fixe droit de visite.

Une assistante sociale en périnatalité vous informera de vos droits et de vos obligations en prenant en compte votre situation particulière. Elle est à votre écoute et vous accompagnera dans les différentes démarches.

Nous attendons un bébé. Quels droits a la mère lorsqu’elle est en congé maternité ?

Les femmes actives professionnellement ont droit au minimum à un congé maternité fédéral payé à 80% du salaire moyen pendant 14 semaines (sous réserve de cotisations suffisantes au sens de la loi sur l’AVS). Pour le canton de Vaud, une allocation maternité cantonale peut compenser une partie du salaire de la maman pour celle qui désire prolonger son congé maternité par un congé non payé.
Afin d’évaluer votre droit en matière de congé maternité selon votre situation professionnelle et vous informer sur l’allocation maternité cantonale, l’assistante sociale en périnatalité de votre région est à votre disposition

Nous attendons notre premier enfant et nous ne sommes pas mariés. Quelles conséquences cela a-t-il et quel nom portera notre enfant ?

Les questions de filiation, d’autorité parentale conjointe pour les parents non-mariés sont multiples et dépendent de votre situation particulière. Une démarche de reconnaissance paternelle est dans tous les cas nécessaire et, dès juillet 2014, l’autorité parentale conjointe devient la règle. Les liens juridiques avec l’enfant, les droits et devoirs qui en découlent sont donc les mêmes que les parents soient mariés ou non. En dehors du mariage il n’y a cependant pas de contrat qui lie le couple parental.

Nom de famille : si l’enfant né hors mariage est suisse (né de un ou deux parents suisses), il porte le nom de célibataire de sa mère. Quand les parents bénéficient de l’autorité parentale conjointe, ils peuvent demander que l’enfant porte le nom du père. Si les deux parents sont de nationalité étrangère, l’application du droit de leur pays peut être différente.

L’assistante sociale en périnatalité de votre région est à votre disposition pour y répondre et vous accompagner dans votre projet familial.

Ma femme est enceinte, je me pose plein de questions sur ma future place de père et je ne sais pas à qui m'adresser.

La venue d’un enfant représente un grand changement et beaucoup de questionnements pour les hommes comme pour les femmes. De plus, il n’est pas toujours simple pour les hommes de réaliser concrètement ce qui se passe durant le temps de la grossesse. La consultation en périnatalité est destinée aux futurs parents. Les hommes sont les bienvenus en couple mais également seuls pour pouvoir exprimer leurs questions ou leurs difficultés.

Je suis enceinte. Est-ce que mon employeur a le droit de résilier mon contrat de travail ?

Après le temps d’essai, votre employeur ne peut pas vous licencier durant toute la durée de la grossesse, ainsi que pendant les 16 semaines qui suivent l’accouchement. L’assistante sociale en périnatalité de votre région est à votre disposition pour vous informer de vos droits et de vos conditions de travail.

Je suis enceinte et je souhaite prendre des cours pour me préparer à la naissance de mon enfant.

Il existe différentes manières pour vous préparer à la venue d’un enfant. Les maternités, ainsi que les sage-femmes indépendantes proposent des cours de préparation à la naissance.

Nous vous encourageons à prendre contact dès le début de la grossesse auprès de la sage-femme conseillère (au 021/631.01.50) qui pourra vous orienter vers la méthode qui vous conviendra le mieux. Votre assurance maladie de base vous alloue une contribution de 150 francs pour les cours de préparation à la naissance dans la maternité de votre choix.

www.votresagefemme.ch

A quelles aides financières officielles avons-nous droit à la venue d’un enfant ?

Si l’un des deux parents est actif professionnellement, vous avez droit à des allocations familiales, ainsi qu’à une allocation de naissance. Dans le canton de Vaud, il en est de même pour les parents qui n’ont pas d’activité professionnelle. D’autres prestations peuvent aussi vous concerner. Les Agences communales d’assurances sociales de votre région peuvent aussi vous renseigner.

L’assistante sociale en périnatalité de PROFA est à votre disposition pour vous donner des informations personnalisées en fonction de votre situation.