Pour marquer son 15ème anniversaire, l’Association Violence que faire a lancé le podcast de sensibilisation sur les violences au sein du couple. 

« Poussière » donne la parole à d’anciennes victimes de violence au sein du couple et éclaire leurs témoignages par l’apport d’expert·e·s du domaine.

Chaque épisode d’une quinzaine de minutes aborde une thématique différente de la violence au sein du couple. Objectif: favoriser la compréhension de différents types de violence (physique, économique, psychologique et sexuelle) et de leurs enjeux spécifiques.

Les trois premières épisodes peuvent être réécoutés ci-dessous!

Episode 1 | VIOLENCES INVISIBLES: LES VIOLENCES PSYCHOLOGIQUES ET ÉCONOMIQUES

Elles ne laissent pas de marques sur le corps, elles sont subtiles et difficiles à identifier et pourtant leurs conséquences sur la santé et la vie des personnes qui la subissent ne sont pas pour autant anodines. Dans ce premier épisode, 8 femmes anciennement victimes de violences psychologiques et économiques au sein de leur couple ont accepté de témoigner anonymement et de partager avec VIOLENCE QUE FAIRE leur vécu. À leurs côtés, le Dr Escard, médecin adjoint responsable de l’Unité interdisciplinaire de médecine et prévention de la violence (UIMPV) au sein des Hôpitaux universitaires de Genève, partage son expertise et propose un éclairage théorique. Qu’est-ce que l’on entend par violences psychologiques et violences économiques? En quoi ces violences sont-elles différentes d’un conflit de couple? Comment s’installent-elles au sein de la relation? Y-a-t-il des facteurs de risques? Quelles sont les conséquences de ces violences et comment s’en sortir?

Episode 2 | SOUS LE CHOC: LES VIOLENCES PHYSIQUES ET SEXUELLES

Les coups. Les bleus. Un mari qui frappe sa femme. C’est la représentation la plus commune et véhiculée de la violence au sein du couple. Pourtant, elle touche toutes les tranches d’âge, identités de genre, orientations sexuelles, classes sociales, et ne fait pas toujours de bleus. En Suisse, une personne meurt toutes les deux semaines des conséquences de la violence domestique et chaque semaine la police enregistre une tentative d’homicide. On estime que 22% des femmes vivant en Suisse ont vécu des actes sexuels non désirés, 7% ont été contraintes à avoir des rapports sexuels. Dans 68% des cas, les victimes connaissaient leur agresseur.

Cet épisode traitera de violences physiques, de viol conjugal et de violences sexuelles dans le cadre du couple. Parce qu’être en couple ne signifie pas mettre son corps à disposition à tout moment et de toutes les manières, où sont les limites? Comment les violences physiques et sexuelles s’installent-elles au sein d’un couple ? Et surtout, comment s’en sortir ? Comment sont-elles prises en charge ? Comment aider ou se protéger?

Episode 3 | FACE À LA JUSTICE: Les violences au sein du couple vues par le droit suisse

Police, loi, pénal, plainte, preuves: Des mots qui apparaissent soudainement lorsque la violence sort enfin de l’intimité et que la loi entre en jeu. Bien souvent le premier pas pour briser le cycle de la violence, mais aussi parfois le début d’un long parcours. Cet épisode traitera spécifiquement de la loi en Suisse et des différentes procédures possibles ainsi que des premiers réflexes utiles lorsque l’on est victime de violences au sein du couple.

Que dit la loi? À quoi s’attendre lorsqu’une procédure est engagée? Quelles sont les possibilités pour obtenir soutien et protection? Que peut faire la police?

PICTO_divers_PICTO_web
En parallèle

Qu’est-ce que la LAVI?

La loi fédérale sur les victimes d’infractions (LAVI) a pour but de fournir une aide efficace aux victimes d’infractions et à renforcer leurs droits. Dans le canton de Vaud, la prestation a été confiée à la Fondation PROFA.

Sa mission 

  • Apporter aux victimes d’infractions et/ou à leurs proches, directement ou en faisant appel à des tiers, une aide psychologique, juridique, sociale et matérielle.
  • Informer les victimes, les professionnel·le·s et le public des prestations du centre LAVI.
  • Informer les victimes tout au long des procédures.
  • Les orienter vers un réseau d’intervention professionnel et des services adéquats.