CHLAMYDIAE (ou chlamydiose) : c’est une des IST les plus fréquentes, en augmentation depuis les années 2000. Les plus touchés sont les jeunes entre 15 et 24 ans.

Transmission : lors de rapports sexuels vaginaux, anaux et oraux non protégés, doigt ou matériel contaminé (sex-toys, lubrifiant,…). Le préservatif est efficace, mais n’assure pas une protection à 100%.

Prévention : l’utilisation systématique du préservatif, femidom ou digues dentaires pour tout rapport sexuel permet de réduire grandement la probabilité de contracter ou transmettre l’infection.

Symptômes : souvent, il n’y en a pas.

Chez la femme : écoulements du vagin, difficultés à uriner, douleurs dans le bas ventre, douleurs abdominales lors des rapports sexuels.

Chez l’homme : difficultés à uriner, avec ou sans écoulement du pénis, douleurs testiculaires.

Traitement : antibiotiques.

Partenaires : le-s partenaire-s doit-vent être traité-s. L’une des raisons est d’éviter de se réinfecter (effet ping-pong).

Pour en savoir plus: « Interview de Chlamydia » (INPES)

 

GONORHEE (ou gonocoque) : en augmentation en Suisse. La majorité des nouveaux cas sont des hommes, 2/3 hétérosexuels, 1/3 HSH (hommes ayant du sexe avec des hommes).

Transmission : lors de rapports sexuels vaginaux, anaux et oraux non protégés, doigt ou matériel contaminé (sex-toys, lubrifiant,…)

Prévention : l’utilisation systématique du préservatif, femidom ou digues dentaires pour tout rapport sexuel permet de réduire grandement la probabilité de contracter ou transmettre l’infection.

Symptômes : souvent, il n’y en a pas.

Chez la femme : pertes vaginales, saignements irréguliers, douleurs dans le bas ventre, brûlures en urinant.

Chez l’homme : brûlures en urinant, écoulement purulent du pénis.

Traitement : antibiotiques.

Partenaires : le-s partenaire-s doit-vent être traité-s. L’une des raisons est d’éviter de se réinfecter (effet ping-pong).

Pour en savoir plus : « Interview de Gonocoque » (INPES)

 

SYPHILIS : devenue très rare dans les années 90, elle est en augmentation depuis quelques années, surtout chez les HSH (hommes ayant du sexe avec des hommes).

Transmission : par contact direct avec la lésion et lors de rapports sexuels vaginaux, anaux et oraux non protégés, doigt ou matériel contaminé (sex-toys, lubrifiant,…)

Prévention : l’utilisation systématique du préservatif, femidom ou digues dentaires pour tout rapport sexuel permet de réduire grandement la probabilité de contracter ou transmettre l’infection.

Symptômes : il existe plusieurs stades. Stade primaire : apparition d’un chancre (verrue indolore) au lieu de l’infection, qui disparaît spontanément après 2 à 6 semaines. Stade secondaire : éruption cutanée sur le visage, le tronc, les paumes et les plantes des pieds, accompagnée parfois de fièvre. Stade tertiaire : atteinte de plusieurs organes avec des dommages irréversibles au niveau cardiovasculaire, neurologique et musculaire, qui peuvent être fatals.

Traitement : antibiotiques.

Partenaires : le-s partenaire-s doit-vent être traité-s. L’une des raisons est d’éviter de se réinfecter (effet ping-pong).

Pour en savoir plus : « Interview de Syphilis » (INPES)